AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  PlaylistPlaylist  SlackSlack  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 | 
 

 17- Secrétariat du Directeur de la Fondation Vevey (Bureau d'Emilie Nahan) (Paris)

 
AuteurMessage
Liam O'Connor

avatar


Dossier de renseignement
Nationalité: France France
Don/Rune: Téléportation
Allégeance: Inconnue

Lun 7 Nov - 1:02

Le secrétariat du directeur, autrement appelé "Bureau de Kyoto" pour son mobilier inspiré du Japon, en référence à la Fondation Kyoto, est placé en antichambre du bureau du Directeur de la Fondation, Arthur de Vevey.



-Ok, on fait comme ça. Je te rappelle quand j'ai du temps libre. Merci pour la ballade.

Je regarde la jolie demoiselle s'en aller après qu'elle m'ait tourné le dos, un sourire appréciateur sur les lèvres. Dans le même temps, j'empoche la serviette de table sur laquelle elle m'a écrit son numéro. On a un peu discuté sur le chemin, et les choses en entraînant une autre, on s'est retrouvé devant une machine à café.  Je vous vois venir ! Mais vous avez un bien mauvais esprit. J'apprécie vraiment cette Mélanie. Ou était-ce Malorie ? Enfin bref...

Je me retrouve devant la porte du secrétariat de Dents-Blanches.  Même sans la pause café, ça a prit du temps. Je savais ses galeries immenses, mais les bureaux du Louvres sont un dédale presque aussi impressionnant. Je louche un instant sur la plaque qui orne la porte. J'ai les yeux qui brûlent, l'impression que mes paupières ont prit dix kilos chacune, et des élancements dans la nuque. Je ne sais pas quelle heure il est, mais à mon avis, la matinée est bien avancée. Et j'ai toujours pas dormi... Je bâille à m'en décrocher la mâchoire, avant de frapper trois coups sur le panneau de bois. Et j'attends...

Environ une seconde et demi, avant de pousser la poignée et d'entrer avant d'y avoir été invité. C'est que je suis claqué moi. Et mon infinie patience commence à être émoussée. Et puis, si je tombe sur un scène embarrassante, ce ne sera pas moi le plus gêné.


-Bonjour! je m'exclame, feignant une énergie dont je ne dispose plus depuis un moment. Liam O'Connor. Enchanté, machine. Je suppose que vous savez déjà qui je suis, pourquoi je suis là, tout ça tout ça. alors si on zappait les mondanités, et qu'on enchaînait directement sur la partie intéressante ?

Je fais mon sourire le plus charmant à la personne qui m'accueille, en espérant que les cernes se dessinant sous mes yeux n'en gâchent pas trop l'effet.
 
 
Lui
Maître du Jeu
avatar


Jeu 10 Nov - 19:59

Vous découvrez en ouvrant la secrétaire du Directeur de la Fondation. Elle est une femme d'un certain âge. A l'inverse de ce que l'intitulé de sa fonction laisse présager, elle dégage une forte aura d'expérience. Elle vous apparaît comme l'un des piliers naturels de l'Institut, ce genre de personnel qui garde le palais et qui a vu passer des guerres et des monarques.

Elle vous coupe dans votre brève pensées d'une réplique cinglante.

Emilie Nahan a écrit:
Et voici donc le premier Alteri dont le Don est d'avoir perdu ses mains. Vous ne savez pas frapper ??!

Elle fait un bref mouvement de la tête pour désigner la chaise en face de son bureau.

Emilie Nahan a écrit:
Asseyez-vous, O'Connor, avant que je ne m'énerve plus encore.

Elle attend que vous preniez place et sort un gros dossier sur lequel vous pouvez lire votre nom.

Emilie Nahan a écrit:
Bien, l'Epinard. Oui, c'est comme ça que je vous appelle depuis que j'ai lu votre pédigrée. Vous avez rencontré Monsieur de Vevey. C'est ça ? Je dois vous donner vos papiers, c'est ça ?

Alors qu'elle vous parle comme à un enfant de 3 ans, vous comprenez que oui, Emilie est ce genre de collègue qui aime vous bizuter à longueur de journée, mais qui au fond est pleine de coeur pour les employés de la Fondation, un peu comme un mère veillerait sur son foyer.
 
 
Liam O'Connor

avatar


Dossier de renseignement
Nationalité: France France
Don/Rune: Téléportation
Allégeance: Inconnue

Jeu 24 Nov - 0:19

Mais c'est qu'elle a du caractère, la secrétaire ! Bon, je lui épargne une remarque cinglante mais pleine d'esprit sur le fait que j'ai effectivement frappé à la porte. Son coté maman en colère m'amuse trop. Peut-être mon coté sicilien qui se manifeste ? Je la laisse vider son sac, et lentement, pose un coude sur le bureau, le menton sur ma main, pour finir par lui jeter un regard d'admiration transie. Lorsque finalement elle termine, je fais comme si je n'en avais pas entendu un mot.

-Vous savez que vous êtes jolie, quand vous êtes en colère ?

Je ne lui laisse pas le temps de revenir de sa surprise.

-J'ai toujours apprécié les femmes avec du caractère. Vous êtes libre ce soir ? je demande, avant d'enchaîner très vite. - Non pas ce soir, je serai sûrement encore en train de dormir. Demain?

Encore une fois je ne lui laisse pas le temps de répondre avant de reprendre :

-Oh et puis laissons tomber. Les relations au boulot, ça finit jamais bien, il paraît.

Je ne peux pas en témoigner. Après tout, je n'ai jamais eut de "vrai" boulot. Je m’avachis complètement contre le dossier de ma chaise, et la fatigue commence sûrement à transparaître dans mes gestes. Je ne me départi pourtant pas de mon sourire le plus charmant.

-Alors, qu'est-ce qu'on fait ? Je signe quoi ? J'aurai une première affectation quand ? Et quel type d'affectation ?

Je brusque un peu les choses, mais si on en n'en finit pas rapidement, je vous jure que je vais m'allonger là, sur le bureau de la susceptible secrétaire de monsieur de Vevey.  
 
 
Lui
Maître du Jeu
avatar


Lun 28 Nov - 19:49

Emilie ne vous laisse pas l'instant d'une seconde croire qu'elle est flattée par votre petit jeu. Bien au contraire.

Emilie Nahan a écrit:
L'Epinard. De une, j'ai l'âge de votre mère, alors vos flatteries vous pouvez les garder pour vous. De deux, vous avez une crotte de pigeon sur votre veste et cela vous enlève toute crédibilité.

Alors vous allez prendre ceci, et ceci, vous signer l'ensemble, et du balais.

Elle vous tend une tablette numérique, siglée Novus, et sur laquelle les informations fondamentales de la Fondation sont stockées, pour votre culture, puis elle avance vers vous une pile de papiers : votre contrat.
 
 
Liam O'Connor

avatar


Dossier de renseignement
Nationalité: France France
Don/Rune: Téléportation
Allégeance: Inconnue

Mer 14 Déc - 23:56

J'examine la pile de paperasse, et sans la lire, entame d'en signer chaque page. De toute façon, ce n'est pas un bout de papier, aussi officiel et légal soit-il, qui me retiendra si je décide de m'en aller. Ce faisant, je souris à nouveau à Emilie.

-Vous me donnez déjà un petit nom ? C'est flatteur, mais un peu trop rapide à mon goût.

Je lui fais un clin d'œil.

-Et puis ma décision est prise. Désolé de ruiner vos espoirs, mais vous vous en remettrez. Comme l'adage le dit : un de perdu, des tas de poisson dans l'océan. Ou quelque chose du genre.

Je finis de signer les papiers en bâillant à m'en décrocher la mâchoire. En regardant par la fenêtre, je juge qu'il doit presque être midi. Les touristes défilent, certains avec un en-cas dans les mains. Je mangerai bien un kebab... Sauce blanche. Ou un tacos ! Ah non, c'est vrai que ça n'existe pas à Paris. Bordel. L'activité de la secrétaire me ramène sur terre. Si je commence à divaguer autant, il est plus que temps que j'aille me coucher.

-Alors, c'est fini? je demande en m'étirant. Je peux y aller ? Je ne me fais plus guère d'idées sur le fait que quelqu'un dans cette boîte répondra un jour à mes questions sans changer de sujet de toute façon.

Je pose à nouveau le menton dans la paume de ma main, le coude sur le genou. La tête légèrement penchée de coté, je lui adresse toujours mon sourire le plus sympathique, quoique même lui se tinte de fatigue à présent.
 
 
Lui
Maître du Jeu
avatar


Ven 23 Déc - 9:29

Emilie Nahan éclate de rire. Un rire franc, sincère. Vous voyez ses dents blanches bien alignées. Et vous vous dîtes que oui, elle a été une belle femme, dans son temps. Vous l'imaginez un peu comme la secrétaire inlassable qui a du travailler ici pendant des années et des années, mais aussi celle qui a du recevoir les confidences de tout le monde, entre ces murs, pendant des décennies, y compris celles du patron.

Emilie Nahan a écrit:
Vous pouvez vous sauver, l'Epinard. Vous l'avez bien mérité. Reposez-vous. Vous partez en mission...

Elle jette un oeil à son écran d'ordinateur, au dessus de ses lunettes.

Emilie Nahan a écrit:
Demain ! Avec le boss.

Elle vous sourit. Un sourire chaud qui sonne comme votre baptême au sein de cette organisation. Vous avez reçu l'extrême onction.

Emilie Nahan a écrit:
Au revoir, Liam. A moins que vous n'ayez une dernière question. Je ne pourrai pas répondre à tout, mais tentez toujours, si vous le souhaitez.
 
 
Contenu sponsorisé





 
 
 

17- Secrétariat du Directeur de la Fondation Vevey (Bureau d'Emilie Nahan) (Paris)

  
Page 1 sur 1