AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  PlaylistPlaylist  SlackSlack  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 | 
 

 Vol privé à destination de Rio de Janeiro (Atlantique)

 
AuteurMessage
Le Créateur
Admin
Le Créateur


Vol privé à destination de Rio de Janeiro (Atlantique) Empty
Dim 13 Jan - 14:14

Vol privé à destination de Rio de Janeiro (Atlantique) Sans_t10

Avion privé de type Falcon 8X. L'habitacle luxueux est organisé de manière ergonomique et confortable. A droite du sas d'entrée, le cockpit et ses instruments de mesure ultra-modernes. En face, les sanitaires. A droite, une première cabine est occupée par de confortables sièges en cuir gris, Au fond de ce lounge, un bar et une petite cuisine sont à la disposition des passagers et des membres de l'équipage. En progressant vers la queue de l'appareil, on entre dans une salle de cinema aux fauteuils rouges rappelant ceux des salles obscures des années 20. Enfin, au fond de l'appareil est installée une cabine privative comportant un petit bureau et un coin repos.

 
 
Lui
Maître du Jeu
Lui


Vol privé à destination de Rio de Janeiro (Atlantique) Empty
Dim 13 Jan - 14:43

La petite équipe de la Fondation se déplace sur le tarmac pour rejoindre l'appareil. Ce dernier, dont les réacteurs sont déjà allumés, est prêt au décollage. La passerelle d'accès a été déployée et les membres de l'équipage se tiennent dans le prolongement de l'appareil pour saluer les passagers. Le pilote, Rudolf, un allemand blond un peu austère d'une cinquantaine d'année, la moustache grisonnante, et l'oeil vif, porte fièrement son uniforme avec les insignes de son grade. Son co-pilote, Vidal, est un jeune homme de type hispanique, l'air espiègle mais efficace. Enfin, Britney, une hôtesse de bord américaine au sourire éclatant et digne d'une publicité pour dentifrice complète l'équipage.

Britney a écrit:
Bienvenue dans ce vol à destination de Rio de Janeiro. Notre trajet durera un peu plus de 11h, et je serai à votre disposition pour rendre votre voyage agréable.


L'équipage vous invite à monter dans l'avion. Des places ont été attribuées à chaque membre de l'équipe dans le lounge principal. Le chef d'expédition dispose également d'un siège et du bureau dans la cabine privée.

Quelques minutes après votre entrée dans l'avion, l'équipage procède au décollage. L'avion s'élève lestement et prend son envol, fonçant vers le soleil couchant.

Bon vol.
 
 
Arthur de Vevey
Admin & Directeur de la Fondation
Arthur de Vevey


Dossier de renseignement
Nationalité: Suisse Suisse
Don/Rune: Chronokinésie
Allégeance: Institut de Paris

Vol privé à destination de Rio de Janeiro (Atlantique) Empty
Dim 27 Jan - 12:52

Arthur salua l’équipage de l’avion avec respect. La survie de toute l’équipe et le succès de l’opération dépendraient pendant ces 11 prochaines heures du professionnalisme de Rudolf, Vidal et Britney, mais aussi de leur discrétion : la Fondation n’avait évidemment pas de personnel navigant dans ses rangs. Bien qu’elle recourait à des services habitués à respecter la confidentialité de leurs clients, il est probable que les propos qui seraient échangés pendant le vol par Liam, Clara, Edward, Rebecca et Arthur allaient un peu détonner par rapport aux conversations qu’on entend habituellement dans un vol business transatlantique…
 
Le Directeur de la Fondation emprunta ensuite la passerelle qui menait à l’appareil, ouvrant la voie à ses collègues. Il inspecta les lieux : une agréable odeur de coton frais embaumait l’habitacle, et une musique loungeétait diffusée par les haut-parleurs. Avec ses trois « pièces » en enfilade l’avion était superbe, mais le voyage allait être long, et Arthur détestait perdre du temps. Étrangement, il n’avait pas prévu d’activité particulière pour le trajet. Le plan de la mission était prêt depuis plusieurs jours maintenant, et le briefing devait avoir lieu au Brésil, en contact avec les services parisiens. Il avait bien songé à commencer à lire la bibliographie que son assistante lui avait transmise à l’instant – il avait senti son téléphone vibrer dans sa poche – mais il aurait du temps pour le faire à Rio.
 
Dans un grand soupir de frustration, il lança avec désinvolture son sac contre un dossier, puis s’engouffra dans l’un des confortables fauteuils en cuir, et posa ses pieds sur le fauteuil d’en face. Dans cette posture, les bras croisés, il regarda ses collègues s’installer eux aussi dans l’habitacle. Ils étaient tous très différents les uns des autres : Liam et son air farceur dissimulant une gravité certaine, Clara et sa détermination acharnée, Edward et son apparence de colosse, en réalité très sensible, et enfin Rebecca et sa stature de grande dame en fait dévouée à son entourage. Derrière ces contrastes persistait une unité : ce désir de solutionner l’inconnue massive qui écrasait chacun des Alteri qui voyaient le jour dans notre monde.
 
Il planta ensuite son regard dans le hublot. Le soleil continuait de s’éteindre lentement, envoyant de magnifiques reflets orangés. C’était fabuleux, apaisant. Il prit une grande inspiration devant ce superbe spectacle de la nature. Il était maintenant résigné : ce vol allait lui permettre de faire des choses qu’il n’avait habituellement pas le temps ou même l’occasion de faire comme…


 
- Bon, vous voulez commencer par un film, ou on va directement au bar ?
 
Lança-t-il avec un sourire espiègle à son équipe, qui découvrait ainsi une nouvelle facette de son personnage : derrière le Directeur de la Fondation, il restait le jeune homme d’une trentaine d’années qui avait vu sa jeunesse chahutée par ses devoirs professionnels, et qui aspirait lui aussi à un peu de détente.
 
 
Liam O'Connor

Liam O'Connor


Dossier de renseignement
Nationalité: France France
Don/Rune: Téléportation
Allégeance: Inconnue

Vol privé à destination de Rio de Janeiro (Atlantique) Empty
Sam 23 Mar - 4:48

Alors que chacun finit d'admirer ses nouveaux joujoux, la jolie blonde semble perdue dans ses pensées. Son regard vient se perdre sur moi un moment. Je me demande si ce léger sourire est admiratif ou moqueur ? Enfin, je pense que vous et moi connaissons la réponse. Après quelques instants, voilà que tout le groupe commence à traverser la passerelle menant à l'intérieur de l'appareil. Je laisse passer mes compagnons, et suit le groupe en bout de file.

Blondie et Ken ouvrent la marche. Pratiquement des jumeaux ces deux là. Avec l'air coincé dans leur costume, comme s'il avaient un balai enf... Bref.  Cela dit, à y regarder de plus près, là où Arthur exhale le summum de l'élégance des hautes sphères, Edward a une démarche bien différente. J'ai déjà vu ça plusieurs fois, la plupart du temps chez des militaires, des combattants... Bref, des types habitués à échanger des coups. Et juste comme ça, ce type discret à l'air fadasse d'une "Barbie change de sexe" devient beaucoup plus intéressant. Quelle est ton histoire, Ken ?

Derrière lui, c'est Clara qui avance. La jeune femme me lance un sourire en passant devant moi que je lui rends. Elle est quand même carrément b... jolie. Elle entre dans l'avion de luxe, et on voit tout de suite qu'elle n'est pas dans son élément. Je ne connais pas son passé, mais la manière qu'elle a de tout observer me fait dire qu'elle ne doit pas être habituée à tout ce luxe. En ça, c'est sans doute la personne la plus proche de moi. Je n'ai manqué de rien, jamais. Et encore moins à partir du moment où j'ai pu me procurer tout ce que je voulais sans efforts. Mais j'étais très loin de vivre dans l'opulence dont Edward, Arthur et Rebecca ont tellement l'habitude qu'ils ne la remarquent même plus.

Tiens, Rebecca d'ailleurs, où est-elle ? Barbie est restée en arrière, perdue dans ses pensées. Je repasse la tête par l'ouverture de la passerelle, et je lui lance, espiègle :


- Alors ? Si tu te dépêche pas, il faudra t'accrocher au train d'atterrissage.
- Tsss… je rêvasse et tout le monde m’oublie, me répond-t-elle.

Des airs de grande dame, parfaitement sereine, que je ne l'ai pas vue quitter depuis notre rencontre. Elle me donne envie de lui ébouriffer ses cheveux si bien coiffés. Juste pour la regarder, scandalisée, essayer de les remettre en ordre pendant une heure. Puis recommencer. Alors qu'elle approche, je lui adresse un sourire riant à une blague que seul moi connait, puis dans un simulacre des domestiques dont elle doit avoir l'habitude, je m'incline légèrement, pointant une main vers l'appareil.

- Par ici, madame, j'indique d'un ton ampoulé.
Je la laisse passer devant, puis la suit dans l'avion. Alors certes, je n'ai jamais été habitué à un tel luxe, mais moi, je sais me tenir. Et si je jette des regards un peu partout, ce n'est pas parce que je suis impressionné, mais bien parce que j'inspecte les lieux. Y-a-t-il des caméras ? Quels sont les dispositifs de sécurité ? Y-a-t-il des objets de valeur facilement dissimulables ? Bref, ce genre de petites informations essentielles. Rien à voir avec un quelconque étonnement, je suis parfaitement maître de moi-même.

- Putain, ils se font pas chier, je murmure à part moi.

A l'image du patron, je balance mon sac à dos près d'un fauteuil, et m'y vautre avec toute la grâce et l'élégance d'une danseuse du Bolchoï. C'est confortable. Presque au point de me donner envie d'une petite sieste. Mais voilà qu'Arthur me surprend. Se déridant peut-être pour la première fois depuis notre rencontre, il nous propose un film. Ou de picoler. Enfin, il nous propose d'aller au bar, mais c'est pareil. J'hésite une seconde. J'ai tout de même dix heures de cours d'espagnol à suivre... Ce qui veut dire que j'ai une heure pour rendre Blondie saoul ! Je me relève, et lance joyeusement :

- Pour moi, ce sera le bar.

Et sans demander mon chemin, je pars en quête de la terre promise. De toute façon, qui peut se perdre dans un avion ?
 
 
Edward de Lancaster

Edward de Lancaster


Dossier de renseignement
Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
Don/Rune: Télépathie
Allégeance: Inconnue

Vol privé à destination de Rio de Janeiro (Atlantique) Empty
Jeu 23 Mai - 23:14

Edward fut interloqué par le jeune homme au visage taillé à la serpe. Il repéra immédiatement sous son air mi sérieux, mi faussement décontracté un jeune homme espiègle, égoïste mais sans doute d'une intelligence redoutable qui fit une pâle imitation d'Arthur en balançant son sac d'un air faussement négligé sur le fauteuil de l'avion. Il comptait mettre le voyage à profit afin de faire plus ample connaissance de ses coéquipiers. Pour cela rien de tel qu'un moment convivial autour d'un bar.
 
 
Clara Royer

Clara Royer


Dossier de renseignement
Nationalité: France France
Don/Rune: Persuasion mentale
Allégeance: Inconnue

Vol privé à destination de Rio de Janeiro (Atlantique) Empty
Lun 22 Juil - 0:44

Décidément, cet instant, figé dans le temps, semblait pourtant durer depuis une éternité. Depuis plusieurs jours déjà, le temps s'écoulait comme du café en grains, lentement, dans une eau trop froide, progressivement, comme si quelques heures équivalaient à plusieurs années.
Comme en transe, je pose un pied sur la passerelle d'embarquement, suivant de près le directeur et Edward, trop occupé à se pavaner dans son costume portugais pour me prêter attention.
L'avion me vomit à la tête toute son opulence, à m'en donner la nausée (je rends ici hommage à Jean Sol Partre - euh je veux dire Jean Paul Sartre- et de fait un peu à Boris Vian, bien qu'involontairement)
Tout ce luxe me désoriente, et je n'arrive plus à organiser ma pensée - peut être le manque de sommeil -
*Ah le sommeil ... J'aimerais tellement le trouver ... Mais ... Je ne contrôle plus rien !*
Je dois me ressaisir bon sang !
Mais l'excitation me gagne ; la potentielle proximité du Novus me transporte de joie, et je suis comme ivre ! J'ai de nouveau 10 ans, et je me revois si pleine d'espoir ...
Le directeur nous propose alors de profiter du bar -et aussi d'autre chose, mais je ne prête pas vraiment attention au reste de son allocution- et j’accepte de ce pas sa proposition.
Après tout, je me sens déjà ivre d'aventure, pourquoi ne pas être tout simplement ivre d'éthanol ?
 
 
Arthur de Vevey
Admin & Directeur de la Fondation
Arthur de Vevey


Dossier de renseignement
Nationalité: Suisse Suisse
Don/Rune: Chronokinésie
Allégeance: Institut de Paris

Vol privé à destination de Rio de Janeiro (Atlantique) Empty
Dim 18 Aoû - 21:54

Les actes avaient suivi les paroles. Quelques minutes après le décollage, Arthur s'était donc déplacé vers le compartiment arrière de l'avion, où se trouvait un bar confortable. L'espace confortablement loti et fait de bois laqué était éclairé par deux hublots au travers desquels perçaient les derniers rayons aux teintes d'agrumes du soleil orange qui se couche. Bientôt, les étoiles prendraient place dans cette fabuleuse fresque scintillante qu'est la nuit.

Le Magus fit un signe de tête à Britney, l'hôtesse, qui le gratifia d'un sourire éclatant, ce genre de sourire aussi blanc que dénué de chaleur. En bonne professionnelle, elle avait anticipé les désirs des occupants de l'appareil en s'attelant derrière le bar. Arthur la congédia cordialement, avant de prendre sa place.

C'est alors que certains de ses coéquipiers vinrent à sa rencontre.

- Qu'est-ce que ces messieurs dames souhaitent boire ? M. Lopez, il vous faudra quelque chose avec un peu de Tequila, si vous souhaitez adopter le passeport mexicain. Une margarita ? Mme Petrovitch pourra vous accompagner avec... un Moscow mule ? M. Allen prendra bien un Bourbon high corn. Quant à vous Mme Dupuy-Ferreira, je vous propose un verre de vino verde.

Lança-t-il avait un faux air de garçon de café, tout en examinant les stocks. A priori, tout le monde y trouverait son compte.

Une fois que tout le monde fut servi à sa convenance, le groupe s'installa sur les grands sièges de bar disposés dans le compartiment. La nuit était tombée. Les lumières de l'habitacle, douces et tamisées, furent activées. Le souffle des moteurs, régulier et aérien offrait à la cabine un silence artificiel agréable. Arthur n'était toutefois pas serein.

L'opération Oxomo, puisqu'elle avait été baptisée ainsi, l'inquiétait. Une sorte de pressentiment négatif l'habitait depuis qu'il avait pris connaissance du rapport indiquant que le Sceau de Salomon avait été localisé au Brésil. Comment était-il arrivé au Consulat du Portugal après tout ce temps ?

Après délibérations, il en était arrivé à la conclusion qu'il fallait dans tous les cas récupérer cet artefact avant que d'autres ne mettent la main dessus. Si ses pouvoirs supposés étaient réels, le contrôle du règne animal, une personne mal intentionnée pourrait faire de nombreux dégâts en l'utilisant. Les Illuminatis étaient peut-être déjà à sa recherche. Et ils avaient un temps d'avance, puisqu'ils avaient récupéré un artefact non identifié en Égypte. Ils étaient aussi très certainement liés au massacre perpétré à Londres par ce que Rebecca avait décrit comme des monstres de glace dans son rapport de mission, avant la disparition du regretté Matrim Damodred...

Perdu dans ses pensées, Arthur contemplait son reflet qui était apparu dans le hublot à la faveur du reflet des lumières de la cabine. De toute évidence, il ne parviendrait pas à chasser son mauvais pressentiment. La solution était donc de l'apprivoiser. Après tout, il pouvait compter sur une fine équipe.


- C'est votre première fois au Brésil ?

Interrogea-t-il d'une voix qui ne trahissait que très peu la gravité de ses pensées, pour rompre le silence.
 
 
Edward de Lancaster

Edward de Lancaster


Dossier de renseignement
Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
Don/Rune: Télépathie
Allégeance: Inconnue

Vol privé à destination de Rio de Janeiro (Atlantique) Empty
Mer 4 Sep - 14:50

Edward se leva lestement de son confortable fauteuil.
Comme il sied traditionnellement aux Anglais, son désir de voyager se voyait alimenté par un profond désir d’échapper à son climat et à sa gastronomie natale.
Le Brésil… vaste sujet…


- Officiellement j’y ai séjourné pour la recherche d’une fleur, la miraculus tiempores. Il fallait que je la débusque dans la jungle Amazonienne avant que les lobbies pharmaceutiques ne s’en emparent à cause de ses propriétés permettant de figer le développement d’une cellule, ouvrant la voie non seulement à une cure pour le cancer mais également à un élixir de jeunesse éternel. Officieusement pour ravitailler mon stock de café premium et car j'ai un léger penchant pour les filles à la peau mat.... autant joindre l'utile à l'agréable ! Et vous ?
 
 
Contenu sponsorisé




Vol privé à destination de Rio de Janeiro (Atlantique) Empty

 
 
 

Vol privé à destination de Rio de Janeiro (Atlantique)

  
Page 1 sur 1