AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  MembresMembres  PlaylistPlaylist  SlackSlack  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Novus est un forum de roleplay RPG semi-dirigé avec Maître du Jeu MJ et basé sur un univers fantastique inventé, inspiré de références comme Charmed, Da Vinci Code, Supernatural, etc...

 

 | 
 

 Propriété luxueuse à Rio de Janeiro (Brésil)

 
AuteurMessage
Le Créateur
Admin
Le Créateur


Propriété luxueuse à Rio de Janeiro (Brésil) Empty
Dim 19 Avr - 18:38

Propriété luxueuse à Rio de Janeiro (Brésil) Rio110

Dans le quartier de Santa Teresa, sur les hauteurs de Rio de Janeiro, en contrebas du Morro dos Prazeres, cette propriété a été louée - officiellement - par un jeune américain de la Silicon Valley, en séminaire avec son équipe de geeks aux claviers d'or. Le domaine dispose de six chambres et autant de salles de bain, deux salons, une salle de billard, et de deux terrasses Sud et Est, agrémentée pour la première d'une piscine et d'un spa, et offrant pour la seconde un panorama idyllique sur la Baie de Guanabara. Bienvenue dans le quartier de campagne de la Fondation Vevey.


Propriété luxueuse à Rio de Janeiro (Brésil) Rio210

Propriété luxueuse à Rio de Janeiro (Brésil) Rio310
 
 
Lui
Maître du Jeu
Lui


Propriété luxueuse à Rio de Janeiro (Brésil) Empty
Lun 20 Avr - 12:30


Le franchissement de la frontière pour l'équipe Oxomo s'est déroulé sans incident notable, malgré la petite appréhension de certains participants à l'opération au moment du contrôle des passeports.

Liam a pu pratiquer son anglais marqué par un faux accent espagnol, tandis qu'Edward a été contraint de hausser le ton contre son chauffeur de taxi qui souhaitait l'arnaquer dans le paiement de sa course. Clara, débrouillarde, a décidé de rentrer pleinement dans la peau de son personnage d'étudiante et de prendre le bus pour se rendre à Santa Teresa.

A 18h, l'équipe dispersée est réunie dans le hall de la magnifique maison, louée par un prête nom pour garder l'anonymat de ses occupants.

D'un commun accord, tout le monde décide d'une visite rapide des lieux exceptionnels, suivi d'un temps de repos individuel avant de se retrouver pour dîner et assister un briefing de l'opération qui se déroulera le lendemain.
 
 
Arthur de Vevey
Admin & Directeur de la Fondation
Arthur de Vevey


Dossier de renseignement
Nationalité: Suisse Suisse
Don/Rune: Chronokinésie
Allégeance: Institut de Paris

Propriété luxueuse à Rio de Janeiro (Brésil) Empty
Lun 1 Juin - 18:35

C’est avec un soulagement palpable que Arthur ferma la porte de sa chambre. Après ce long voyage, et le décalage horaires, il ne se sentait pas en excellente forme. Il avait même un léger mal de crâne dont il ne s’avouait pas qu’il était dû aux boissons consommées dans l’avion. Quoiqu’il en soit, la nuit de ce soir serait très réparatrice.

A leur arrivée à Rio, chaque agent était entré dans la peau du personnage que les équipes tactiques du siège, à Paris, leur avait savamment attribué. La mascarade fut exécutée avec minutie, si bien que le passage de la frontière et l’arrivée à la résidence se passa sans autre incident que ceux de la vie de tous les jours, pour des touristes, universitaires et étudiants voyageant au Brésil.

La résidence était somptueuse, mais Arthur, habitué aux destinations de cachet, n’y prêtait pas vraiment attention. Il était rompu aux grandes cours de marbre, aux colonnes d’albâtres, aux peintures centenaires, aux équipements de bien-être dernière génération, etc. A vrai dire, c’est surtout sa discrétion qui avait conduit la Fondation à sélectionner cette résidence : dissimulée dans les hauteurs de Rio, elle était à l’abris des regards indiscrets, y compris sur la toile puisque la location avait été opérée par un prête-nom.

Arthur posa ses affaires sur le lit, se déshabilla puis entra dans la salle de bains, une grande pièce lumineuse qui offrait un superbe panorama sur la Baie de Rio, et sur la ville dont les lumières commençaient à scintiller dans la nuit tombante. Il prit une longue douche revigorante. Chez les de Vevey, l’eau clarifiait toujours les idées : les plus grands plans de la famille avaient été réfléchis sous une douche, dans une baignoire, ou au bord d’une piscine. Elle avait comme une vertu curatrice, apaisante, clairvoyante. Aussi, lorsque l’héritier des de Vevey sortit de sa salle de bains, son mal de tête était parti.

Une serviette autour de la taille en guise de seul vêtement, il consulta sa montre, posée sur sa table de nuit. L’équipe avait convenu de se retrouver vers 20h pour dîner. Il lui restait une bonne demi-heure de battement. Il récupéra son téléphone, composa le numéro d’une boîte vocale cryptée, et y laissa un message.


- Bon anniversaire Maman, je te rappelle un peu plus tard, ou plutôt un peu moins tôt. Il est tout juste minuit passé en Italie.

Après avoir raccroché, il effaça la mention de cet appel de son journal d’appels, puis récupéra un carnet d’écriture. Toujours vêtu de son simple pagne blanc, il s’adossa à la grande fenêtre de la chambre qui donnait sur la piscine. Une douce musique tropicale - celle de la faune environnante, toucans, coatis, singes, grenouilles et insectes nocturnes - se jouait tout autour de la maison et la plongeait dans une atmosphère magique. Il révisa dans cette posture les derniers détails du plan d’action pour la mission, qu'il comptait présenter ce soir.

Ô belle Oxomo, déesse de la nuit et du secret, nous voilà.
 
 
Clara Royer

Clara Royer


Dossier de renseignement
Nationalité: France France
Don/Rune: Persuasion mentale
Allégeance: Inconnue

Propriété luxueuse à Rio de Janeiro (Brésil) Empty
Lun 1 Juin - 20:16

Le vol jusqu’au Brésil, bien qu’assez long, était pourtant passé très vite. Il faut dire que l’excitation, l’appréhension et l’alcool avaient fortement contribué à cette distorsion du temps.

Une fois tous arrivés à bon aéroport (excellente vanne, j’avoue je suis d’humeur taquine – peut-être Liam a-t-il déjà une influence sur mon humour), je décide de me mettre à fond dans mon personnage ; c’est pourquoi je choisis de voyager en bus, me permettant au passage de profiter des paysages, et d’écouter parler les autochtones, afin de parfaire les quelques notions de portugais acquises durant le voyage.
De fait, l’excitation m’avait empêchée de me rendre compte de l’état de fatigue dans lequel se trouvait mon corps : pour cette raison, quel ne fût pas mon soulagement lorsqu’enfin je posai un pied sur la magnifique propriété, habilement cachée des yeux indiscrets, dans laquelle nous allions avoir la chance de loger. Bien sûr, nous étions là pour une mission importante, et le repos ne serait sûrement pas au programme : c’est pourquoi cette soirée et cette nuit sont primordiales, et il était donc indispensable d’en profiter à fond pour se délasser.

Le repas était prévu à 20h ; d’ici là, quartier libre. Il était assez évident que bon nombre des membres de l’équipe allaient vouloir prendre une douche dans les plus brefs délais, et je n’allais certainement pas déroger à cette règle ! J’entrai dans ma chambre, et comme d’habitude :


- Putain ! – pardon pour le langage un peu châtié, mais il faut dire que je n’ai pas été élevée chez les bourgeois, et c’est comme ça que j’exprime ma surprise, surtout quand je suis enfin seule – Une fois n’est pas coutume, ils ne sont pas foutus de nous, quel luxe !

Par habitude, je ne peux m’empêcher d’inspecter toute la pièce pour repérer d’éventuelles failles de sécurité, les sorties, bref, tout ce qui pourrait servir en cas de fuite précipitée ou d’attaque nocturne. Une fois mes rituels accomplis, je me déleste de mes vêtements (certes très chics, et toujours plus confortables que les frusques auxquelles je suis habituée, mais quand même), et décide de me faire couler un bain. J’hésite un peu avant de m’y plonger : chez moi, je n’ai pas l’eau chaude, et je n’ai même pas souvenir d’avoir déjà pu prendre un bain chaud dans ma vie. Prenant mon courage à deux mains, je plonge brutalement ma jambe gauche dans l’eau. Le gémissement qui sort de ma bouche, totalement involontaire, me surprends, et je vois mes joues prendre une couleur rouge vif dans le miroir situé juste à ma gauche. Honteuse, et en même temps très détendue, je m’empresse de me glisser entièrement dans le bain, et m’y allonge confortablement, regardant l’eau déformer mes courbes.
Pour un peu, je baisserais presque ma garde, mais ce serait aller à l’encontre de ma nature ; je profite donc de ce moment de détente tout en restant à l’écoute du moindre bruit suspect.

Une fois sortie du bain, séchée puis parfumée, il est déjà presque 20h, et je ne peux décemment pas me présenter à mes collègues avec cette « tenue » (d’autant que cela en déstabiliserait plus d’un). Pariant donc sur la folie des grandeurs de la fondation, j’ouvre mon dressing : bingo ! J’opte donc pour une magnifique (et coûteuse manifestement) robe longue bleu marine, dos nu et fendue à la jambe gauche, et visiblement en soie (c’est vraiment pas tous les jours qu’on voit des fringues de ce genre).

J’arrange mes cheveux en chignon haut, laissant une mèche épaisse de cheveux orner mon visage. Pour seul maquillage, un trait d’eye-liner et du mascara ; en revanche, je n’hésite pas à recouvrir allègrement ma cicatrice au bras avec du fond de teint.
Ne reste plus qu’à enfiler mes escarpins noirs, et à rejoindre le reste de l’équipe pour le repas.
 
 
Rebecca Frost
Modératrice
Rebecca Frost


Dossier de renseignement
Nationalité: France France
Don/Rune: Illusions sensorielles
Allégeance: Inconnue

Propriété luxueuse à Rio de Janeiro (Brésil) Empty
Dim 20 Sep - 22:49

Rebecca avait passé beaucoup de temps avec Liam pour parfaire leur synergie afin que leur rôle soit le plus convaincant possible. Enfin, c’était ce qu’on pouvait penser en les regardant de loin. Son rôle d’assistante ne lui demandait pas énormément d’effort. Il suffisait à la belle de rester présentable, de sourire, observer et servir d’extension vivante au bras de Liam. Elle avait plutôt regardé son partenaire s’entraîner à jouer les gros bonnets tout en tâchant de retenir quelques tournures de phrases et termes russes, ne parlant pas un traître mot de cette langue. Le Brésil était suffisamment touristique pour qu’elle ait le risque de croiser un quelconque milliardaire moscovite qui ait subitement l’envie de lui faire la conversation, il ne valait mieux pas prendre de risques.

Exténuée, Rebecca fut ravie d’arriver dans la propriété qui leur servirait de quartier général, prenant avec joie ce moment d’accalmie durant lequel elle pourrait avoir un peu de temps pour elle. Elle perdit totalement les autres de vue, ces derniers ayant décidé de profiter de leur quartier libre et rompant les rangs de façon quasi immédiate. La seule chose qu’elle vit fut un subtil mouvement du manteau d’Arthur, disparaissant on ne savait trop où dans la villa. Rebecca resta un long moment seule dans le hall, donnant sur un splendide atrium, ne sachant trop quoi faire si ce n’est écouter le silence. Elle restait là dans le hall, perdue dans ses pensées, les minutes lui semblant bien trop longue et l’absence de bruit irréelle.

La jeune femme finit par se mouvoir et emporta ses affaires dans ce qu’elle avait décidé être sa chambre, une pièce avec un grand lit et surchagée de drapées et tentures. Une lucarne au plafond permettrait sûrement d’admirer les étoiles une fois la nuit tombée. Elle se laissa tomber sur son lit, repensant à leur objectif. Pourtant, tout ce qu’elle avait en tête étaient les souvenirs de sa dernière mission et les conséquences funestes qu’elle avait engendré. Rebecca ne pouvait s’empêcher de penser que quelque chose de similaire pouvait se produire à nouveau. D’autant plus que, cette fois-ci, elle n’était pas seule. Toute une équipe d’agents qui allaient risquer leur peau, et qui risquaient aussi d’en prendre.

Demeurait une question à laquelle Rebecca ne trouvait toujours pas de réponse : que voulait vraiment Arthur de Vevey ?

Elle avait beau tourner et retourner son interrogation, elle n’arrivait pas à en voir le bout. Rebecca, bien que pensive, était bien déterminée à trouver une réponse. Même si elle allait devoir tirer les vers du nez de son employeur. Il était arrivé dans sa vie du jour au lendemain, lui avait présenté une opportunité en or… Mais combien étaient-ils à avoir été élus sans aucune idée de ce que la Fondation ou son leader désiraient ? Arthur était-il vraiment la tête pensante de son organisation ?

A force de penser, le temps défilait tout seul et il était presque temps pour Rebecca de retrouver les autres. Elle en aurait juste assez pour prendre un rapide bain et changer sa toilette...
 
 
Edward de Lancaster

Edward de Lancaster


Dossier de renseignement
Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
Don/Rune: Télépathie
Allégeance: Inconnue

Propriété luxueuse à Rio de Janeiro (Brésil) Empty
Mar 5 Jan - 15:21

Alors que ses coéquipiers semblaient exténués, l'oeil morne, les bras ballants et soit se précipitaient, soit se hâtaient avec lenteur à la quête d'une salle de bain, Edward lui sentait l'adrénaline affluer dans son cerveau.

Le soleil de fin de journée lui caressait la peau, celle-ci pourrait prendre une belle teinte brun-dorée s'il lézardait quelques après-midi. Guère intéressé par le Spa, Edward cherchait avec entrain une salle de sport afin de dérouiller ses muscles, trop longtemps assoupis dans l'avion. Sa quête resta vaine. Cependant, arrivée dans sa chambre il eu le plaisir de découvrir une machine à café accompagnée d'une myriade de dosette aux subtils arômes, ainsi que du matériel de musculation. Levées d'haltères, pompes, commandos, tractions, suivie d'une bonne douche fraiche avec un savon à l'aole vera ....

Smoking, café serré, coup de peigne et près pour le diner, tiraillé de surcroit par une soudaine envie de fruits de mer. Le médecin avait besoin d'une bonne piqure de rappel sur le fait qu'il était en mission et non en vacances....
 
 
Lui
Maître du Jeu
Lui


Propriété luxueuse à Rio de Janeiro (Brésil) Empty
Lun 15 Fév - 0:42

Après cette entrée en matière - chacun à sa manière - dans ce bel écrin de luxe, une petite heure s'est écoulée. La grande horloge coloniale du hall d'entrée sonne 20h, et chacun des participants à la mission Oxomo rejoint la salle à manger.

Arthur, pile à l'heure, accueille le reste de l'équipe dans cette grande pièce, dont les fenêtres donnent sur la terrasse et sur la piscine. La table a été dressée à l'extérieur. Edouard, qui était passé par là 45 minutes plutôt la découvre maintenant richement ornée de vaisselle colorée, et garnie, comme par magie (ou plutôt grâce à Uber Eat), de plusieurs spécialités locales : Feijoada, coxinha, brigadeiros, fruits tropicaux. Le bar n'a en revanche pas été approvisionné : après la longue détente du vol Paris-Rio, l'heure est maintenant à la restauration, au sens premier du terme.

Il prend place à la table présidée par Arthur, s'asseyant à côté de Clara, et face à Rebecca. Liam les rejoint quelques minutes plus tard, l'air pensif.

L'ambiance est chaleureuse, tout comme le climat. Les membres de l'équipe sont en effet plutôt enjoués de leur arrivée au Brésil, on croirait presqu'un repas de vacances. Néanmoins, alors qu'Arthur s'apprête à entamer le descriptif des opérations du lendemain, Liam ne peut s'empêcher de ressentir une sensation de déjà-vu. C'est comme s'il était déjà venu au Brésil. Les odeurs, la nourriture, cette musique de la faune, c'est comme un lointain souvenir qu'une partie de lui-même tente de re-situer, sans succès, tandis qu'une autre, raisonnable, le pousse à n'y prêter guère plus d'attention.
 
 
Clara Royer

Clara Royer


Dossier de renseignement
Nationalité: France France
Don/Rune: Persuasion mentale
Allégeance: Inconnue

Propriété luxueuse à Rio de Janeiro (Brésil) Empty
Lun 15 Fév - 15:35

Décidemment, il fallait que je m'habitue à porter ces habits si luxueux ; certes ils sont agréables à porter, et la sensation de la soie sur ma peau, entièrement nouvelle, est indéniablement agréable. Mais quelle idée de concevoir des vêtements avec lesquels il est si difficile de se mouvoir ?! En cas d'attaque surprise, il me paraît difficile de faire autre chose que se casser lamentablement la figure en se prenant les pieds (eux même pris dans ces chaussures à talons, magnifiques mais horriblement douloureuses) dans cette longue robe. Et être aussi délicieusement irrésistible ne me serait d'aucune utilité si l'on venait à me coller une balle entre les deux yeux.
Mais il ne faut surtout pas que mes collègues soient au courant de ma maladresse, aussi je descends lentement (trop lentement) les escaliers de marbre en colimaçon, en m'agrippant fermement à la rampe sans en avoir l'air.
Je n'ai en revanche aucun mal à mettre mon corps en valeur, jouant avec le côté fendu de la robe pour dévoiler dans un glissement de tissu une jambe parfaitement galbée (vous me direz : quelle utilité, d'ailleurs je ne suis même pas sûre que quelqu'un soit témoin de ce spectacle, mais mettre en avant ma féminité a toujours été mon arme la plus efficace).
Enfin arrivée au rez-de-chaussée, je rejoins le directeur à table, laissant le soleil couchant me caresser chaudement le visage. L'endroit est absolument à couper le souffle : la végétation environnante, abondante, dégage de subtiles effluves à la fois fruitées et floral, qui ne font que me mettre d'avantage en appétit. La table (ou plutôt les victuailles qui s'y trouvent) n'est pas en reste, elle est à peu près aussi fournie que la jungle qui nous entoure.
Je reste d'apparence placide, mais j'ai du mal à contenir mon émotion : jamais je ne me suis trouvée face à un pareil festin, et mon estomac est à deux doigts de prendre le pas sur mon esprit.


*Si j'avais pensé un jour que je serais là en ce moment ... Toute ma courte et pourtant interminable vie n'avait pour objectif que de me propulser ici-même, plus proche que jamais du Novus*

Alors, à ce moment, une sensation ... Non, plusieurs sensations m'assaillent. L'excitation et la faim bien sûr, l'ambition, et ... Pourquoi cette tristesse ?

*Ressaisis-toi Clara, tu te laisses aller ces derniers temps*

Mes collègues prennent place également, et la tristesse s'intensifie ... Je ne comprends pas et je dois dire que ça ne me plaît pas.
Certes, les membres de cette équipe m'ont tout de suite accueillies comme l'une des leurs, mais l'heure n'est pas aux états d'âmes : je trouve le Novus, et je fais ce que je sais faire de mieux, prendre la poudre d'escampette.

Cela dit, d'ici-là ...


*Je peux peut-être en profiter un peu ... Au moins juste ce soir. Le temps est si doux ...*

Un sourire se dessina alors sur mon visage, et je tâchai de profiter du repas, fusillant Rebecca du regard, plaisantant avec Liam, échangeant des propos fort intéressants à propos du Brésil avec Edward, et jetant, de temps en temps, un regard séducteur au directeur.
Je me sens bien dans cette équipe.
 
 
Arthur de Vevey
Admin & Directeur de la Fondation
Arthur de Vevey


Dossier de renseignement
Nationalité: Suisse Suisse
Don/Rune: Chronokinésie
Allégeance: Institut de Paris

Propriété luxueuse à Rio de Janeiro (Brésil) Empty
Mar 2 Mar - 18:11

A 19h58, le Directeur de la Fondation Novus quitta sa chambre, vêtu d’un ensemble bleu nuit, et d’une chemise blanche en lin brodée du discret écusson de la Fondation. Il descendit le grand escalier central de la demeure, plongé dans ses notes sur la mission Oxomo.

Sans lever les yeux de sa tablette, il traversa l’imposante salle à manger, rejoignit la terrasse et prit place à l’extrémité de la table, sans remarquer plus que cela que celle-ci avait été dressée et garnie. Arthur avait développé une capacité de concentration particulièrement importante pour apprendre à maîtriser son don, et il donnait souvent l’impression d’être enfermée dans une « bulle » lorsqu’il était investi intellectuellement. Par ailleurs, il avait depuis toujours baigné dans l’ambiance feutrée du manoir familial, à Vevey, où les petites mains s’affairaient au service du confort des occupants de la maison sans jamais être remarquées, la discrétion étant marque de qualité.
La bulle se dissipa toutefois lorsque Clara descendit l’escalier. Arthur ne put s’empêcher un petit sourire en la voyant déguisée dans ces étoffes luxueuses et affublée de talons dont on voyait qu’ils ne lui étaient que très peu familiers. Néanmoins, la jeune femme était sublime. Après quelques heures d’entrainement, elle serait certainement prête aux défilés parisiens. De quoi concurrencer Rebecca, même si cette dernière tutoyait la haute couture depuis de nombreuses années, ce qui lui conférait un avantage comparatif certain.
Arthur se lever pour inviter Clara à s’assoir, lui tirant sa chaise à la mode des grands restaurants de la capitale.

- Bonsoir Clara, je vois que vous avez choisi de prendre un peu d’avance et de répéter d’ores et déjà pour la soirée de demain. C’est tout à votre honneur, et l’honneur vous va si bien.

Il alla ensuite se rassoir et se replongea dans sa tablette, en attendant que les autres convives apparaissent. Lorsque tout le monde fut réuni, il invita les membres de l’équipe à se servir à boire et à manger, puis débuta sa présentation. L’entrée et le plat de résistance seraient consacrés à la mission Oxomo, le dessert pourrait servir aux réjouissances informelles.

- Bien, merci à tous pour votre attention, et félicitations pour cette arrivée à Rio quasiment sans encombre. Nous n’avons pas éveillé l’attention des autorités locales, et c’est le principal. Comme vous le savez depuis notre départ de Paris, notre mission est de mettre la main sur une relique qu’un informateur a localisée au consulat du Portugal à Rio.

Arthur tapota sur sa tablette, et un écran installé à proximité de la table du dîner s’alluma et afficha  l’image qui avait été montrée à la Fondation, et qui représentait le sceau.
Propriété luxueuse à Rio de Janeiro (Brésil) Ss-51c10

- Cette relique est connue sous le nom de Sceau de Salomon. Elle aurait donné au roi Salomon, souverain d’Israël de 970 à 931 avant JC, le pouvoir de contrôler djinns et efrits, et de communiquer avec les animaux. Vous remarquerez les signes sur le Sceau, qui évoquent tout à fait l’alphabet des Lectores. Vous comprenez pourquoi la Fondation est intéressée par cette relique, qui pourrait bien être une piste vers l’élucidation du mystère de Novus. D’après nos informations, la relique aurait été transportée au Nouveau Monde par un missionnaire catholique au XVIème siècle, avant d’échouer à Rio.

Il pianota à nouveau sur sa tablette et une photographie du consulat du Portugal à Rio s’affiche.

Propriété luxueuse à Rio de Janeiro (Brésil) Imagem10

- Sur le papier, notre plan pour récupérer cette relique est très simple, vous allez voir. Demain se déroulera au consulat une soirée de Gala en l’honneur du 150ième anniversaire de la coopération lusophone. Les présidents brésiliens et portugais seront présents, accompagnés du gotha des deux pays, et participeront à une vente aux enchères d’œuvres d’art dont les bénéfices seront reversés à des associations caritatives en faveur de l’aide aux enfants démunis. Cet évènement nous offre la couverture idéale pour subtiliser la relique, et la remplacer par une copie indétectable.

L’écran afficha ensuite un portait de l’équipe, tous vêtus du costume que leur avait été attribué à l’aéroport du Bourget par l’assistance d’Arthur, Emilie Nahan.

- Avant de partir de Paris, la Fondation vous a remis un rôle, un passeport, un costume, et des outils pour la mission. Le descriptif de votre attirail a été téléchargé, pour rappel, sur les tablettes que vous trouverez sous votre serviette de table. Je vous invite à les consulter, car chaque rôle est complémentaire et aura son importance toute particulière pendant la mission.

L’écran afficha maintenant un plan du consulat et un déroulé précis de la mission.

- La première étape de la mission sera de la responsabilité de Clara et de Edward. Vous travaillez tous les deux pour l’évènement de la vente aux enchères, l’une en tant que serveuse, et l’autre en tant qu’agent de sécurité. Pauline, puisque ce sera votre nom demain, votre objectif sera de prendre votre poste à 9h au consulat pour aider à la préparation du buffet. Vous en profiterez pour dissimuler l’imprimante 3D placée dans votre sac à main : il est très important que celle-ci soit bien cachée. Edward, ou plutôt Christopher, vous prendrez votre poste au même moment, et aiderez au repérage et à la sécurisation des lieux. Vous pourrez en même temps procéder, de manière confidentielle, à la cartographie du consulat – nos plans datent de 2009 - et à l’identification de tout système de sécurité qui pourrait entraver notre mission, grâce à votre pince à cravate munie d’une caméra. Votre objectif à tous les deux – et il est crucial - sera ensuite de localiser l’endroit où se trouve la relique. Vous aurez toute la journée pour le faire, et je fais confiance à vos Dons de persuasion mentale et de télépathie pour vous aider.

Arthur fit une brève pause pour boire quelques gorgées d’eau pétillante, avant de reprendre.

- A 20h, le gala de charité commencera. Rebecca et Liam, ou plutôt Diego et Irina, vous figurez sur la liste des invités, tout comme moi, sous l’identité de Peter Anderson, grâce aux talents de mon assistante. Nous assisterons au discours d’ouverture à 20h30, puis à l’ouverture de la vente à 21h. Diego et Irina, vous aurez alors la responsabilité de créer une petite diversion en mimant une scène de ménage : Diego pourra en profiter pour récupérer les boucles d’oreille d’Irina renfermant du gaz soporifique, et vous vous éclipserez pour neutraliser les systèmes de sécurité qui auront été identifiés par Edward, grâce aux talents de téléportation de Liam et à ceux d’illusionniste de Rebecca.

Le Directeur réalisa une nouvelle pause, pour s’assurer qu’aucun des membres de l’équipe ne s’était égaré.

- Les systèmes de sécurité désactivés, Edward, Rebecca, Liam et moi, nous nous retrouvons à 22h10 dans la salle abritant la relique. Grâce à mes lunettes dotées d’un scanner, je réaliserai une modélisation 3D de la relique. Clara, vous récupérerez l’imprimante 3D dans les cuisines, ferez une copie de l’artefact et viendrez nous l’apporter. Nous placerons cette copie dans les coffres du consulat et récupérerons l’original.

De manière générale, une opération de cette envergure, alors que la ville de Rio était sous haut surveillance policière avec ce Sommet des Chefs d’Etats et la préparation des jeux olympiques impliquait de nombreuses incertitudes, et malgré toutes les précautions de la Fondation, les aléas étaient inévitables. 
 
- Si nous parvenons à cette étape de la mission sans éveiller l’attention de la sécurité du consulat, nous serons déjà chanceux… Notre objectif, pour l’acte final, sera de créer une nouvelle diversion. Edward et Liam : n’oubliez pas que Diego Lopez, la couverture de Liam, est un mafieux mexicain recherché par les autorités américaines, et que Christopher Allen, celle d’Edward, est un vétéran des Marines en contact secret avec la CIA. C’est du moins ce qu’il faudra faire gober, à ce moment précis de la mission au service de sécurité du consulat, ainsi qu’aux invités du gala pour prétexter une course poursuite. Cette course poursuite nous laissera le champ libre à Rebecca, Clara et moi pour amener la relique sur le toit du consulat, et utiliser le kit d’assemblage d’un drône aérien dissimulé dans les talons de Clara pour extirper la relique originale du consulat et la faire « voler » directement jusqu’au QG.

Arthur cessa sa longue présentation du déroulé de la mission, espérant avoir été clair et rassurant. Il planta son regard dans l’assemblée.

- Voici donc le déroulé idéal de la mission Oxomo. Il y aura des imprévus, des couacs, des obstacles, mais je fais confiance, sincèrement, à vos ressources pour arriver à les surmonter. Nous serons en contact constant pendant la mission grâce à nos kits de communication, et je pourrai intervenir en cas de pépin. Restons agiles, restons alertes, restons discrets, et tout se passera bien. Des questions ?
 
 
Edward de Lancaster

Edward de Lancaster


Dossier de renseignement
Nationalité: Royaume-Uni Royaume-Uni
Don/Rune: Télépathie
Allégeance: Inconnue

Propriété luxueuse à Rio de Janeiro (Brésil) Empty
Dim 7 Mar - 21:46

Après avoir fendu de la force de ses poings une pince de crabe écarlate afin d'en extraire la tendre chair, Edward porta son regard sur la robe fendue de Clara qui dévoila également une tendre chair. Il se serait volontier cartographié autre chose que le consulat et Clara n'aurait pas besoin de l'en persuader. Un déguisement de soubrette, quel gâchis, ce serait comme habiller Arthur en éboueur. Réalisant qu'il avait viré de la couleur de sa pince de crabe il détourna pudiquement le regard. Celui-ci vint se poser sur une jeune femme tout aussi sublime. Dubitatif il se demanda si Rebecca usait de ses talents d'illusionnistes afin d'influer sur son apparences et pouvait à volonté changer de couleurs de cheveux, telle Tonks.

Reprenant ses esprits et une gambas au pastis par la même occasion Edward se reconcentra sur la mission et acolytes. Tout d'abord pour Liam, il s'interrogea sur la portée de ses pouvoirs de téléportations, aurait-il pu s'épargner les heures de vols pour venir à Rio ? Quel était le risque, si la cartographie était inexacte il se téléporte dans un mur ?  Tout en assouvissant son envie de fruit de mer en décapitant la gambas il songea qu'il pourrait chorégraphier une course poursuite digne de capter l'attention des illustres invités de l'élite lusophone. Ce serait fort opportun si la salle des enchères s'ornait d'un lustre par exemple, classique. Un visionnage épisodes de Chapo afin de trouver un peu d'inspiration serait un moyen de joindre l'utile à l'agréable. Autant soigner son jeu d'acteur en présence de 2 Présidents.
 
 
Contenu sponsorisé




Propriété luxueuse à Rio de Janeiro (Brésil) Empty

 
 
 

Propriété luxueuse à Rio de Janeiro (Brésil)

  
Page 1 sur 1